Grammatica e poesia / Jean-Claude Milner

La grammaire, par exemple, existe au moins depuis qu’il y a de l’écriture, puisque toute écriture suppose un minimum d’analyse grammaticale. Dans le monde méditerranéen, cela nous renvoie à l’Égypte et à Sumer, avant -3000. Peut-être la grammaire remonte-t-elle plus haut encore. Sans nécessairement adhérer aux hypothèses de Saussure sur les anagrammes, on peut tout au moins admettre que toute poésie suppose un minimum de grammaire, or la poésie n’a pas besoin de l’écriture; il est vraisemblable qu’elle l’ait précédée. Si cela est vrai, le moment grammatical est complètement indépendant de la science galiléenne. Je ne dis pas qu’il soit indépendant de l’observation des astres, par exemple. Que la grammaticalisation du langage ait commencé avec l’observation des astres et la prédiction des éclipses, ou avec le calendrier, c’est possible, mais c’est autre chose que la science galiléenne.

[Jean-Claude Milner, Clarté de tout, Verdier 2011]

Advertisements

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: