Wittig | Les guérillères

Au bord du lac il y a un écho. On s’y tient avec un livre ouvert dont les passages préférés sont redits de l’autre côté par la voix qui s’éloigne et répète. Au double écho, Lucie Maure crie la phrase de Phénarète, je dis que ce qui est, est. Je dis que ce qui n’est pas, est également. Quand elle reprend plusieurs fois la phrase, la voix dédoublée, puis triple, superpose sans cesse ce qui est et ce qui n’est pas. Les ombres couchées sur le lac bougent et se mettent à trembler à cause des vibrations de la voix.

[Monique Wittig, Les guérillères, Les Éditions de Minuit, 1969]

http://www.leseditionsdeminuit.fr/f/index.php?sp=liv&livre_id=1894

Advertisements

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: