Denis Roche

louve basse

Philippe Sollers: Évidemment. Et puis il y a tout de même quelque chose de frappant, c’est que Denis Roche a répondu très calmement et très facilement quand on lui a demandé ce qu’il avait fait… sans problèmes quoi. Et puis quand on lui demande ce qu’il fera, ce qu’il veut faire, ce qu’il a voulu faire, ce qu’il voudrait faire, il répond qu’il n’en sait rien. C’est frappant. « Dans la nouvelle science », écrit Isidore Ducasse dans les Poésies, « chaque chose vient à son heure. Je n’ai pas besoin de me préoccuper de ce que je ferai plus tard », etc. Ou bien c’est Artaud qui dit: « Ce qui est, je le vois. Et ce qui n’est pas, je le ferai si je le dois ». Etc., etc., etc.

[Denis Roche, Louve basse, Editions du Seuil, 1976]

Advertisements

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: