traduzione | hubert damisch

« … la tache que Walter Benjamin assignait au traducteur : à la différence de l’écrivain, plongé, immergé dans sa langue, le traducteur reste à distance de la sienne, travaillant à y faire retenir l’appel du texte original, là où l’écho d’une langue étrangère peut se répercuter dans la langue de sortie… […] chaque langue de traduction travaillant à partir de son propre manque, de sa propre incomplétude, à révéler, à réveiller l’affinité entre les langues […] et poursuivant le dessin d’intégrer la pluralité des langues dans une langue unique. »

[H. Damisch]

Advertisements

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: